Page d'accueil
Page d'accueil
Présentation du club
Forum
Noir et Blanc
Tournois
Ressources
Échelle des niveaux
Règles du jeu
Photographies
Liens Web
Crédits
Club de Go de Paris

café "Le Djurdjura"
à l'angle de la rue St Martin
et de la rue aux ours
75003 Paris
M° Étienne Marcel

Contact : 
  noir & blanc Le Monde du Go
   
 
date de publication : 11 avril 2005
Souvenir de KATO – par Shuko
 
Kato et Shuko, 1ere partie du 2e Kisei     
   
KATO Masao et FUJISAWA Shuko,
1er partie du 2e Kisei - 13/01/1978
photo : Go World n°6
 
Les bons caractères partent assez tôt. Les vauriens ne crèvent pas facilement (gutabaru) comme moi. J’ai subi 3 opérations chirurgicales de cancer hépatite C. Vraiment, je suis espèce de mauvaise herbe sauvage.

Il y a des dizaines d’années, j’ai eu un bureau d’entreprise bidon à Yoyogi (pas loin de la Nihon Ki-in ; effectivement c’était le rendez-vous de professionnels de go ; de nombreux jeunes professionnels étaient venus ; Rin Kaiho, des élèves de Kitani, et notamment Cho Hun-Hyun. Cho a joué toujours très vite. En général, je finis une partie avec lui dans un quart d’heure. Par contre, Kato était « Socrate ». Quand il joue mal, il se plonge dans une longue méditation pour rien. Je sommeille, il « Socrate ». Au bruit de pierre, je me réveille et tout de suite je joue, lui est toujours « Socrate ». Il a du mal à jouer à sen avec moi. Un jour, il a gueulé, « Toujours je perds. J’en suis dégoûté. » Il était têtu. Quand je dis, « C’est mauvais coup.», il dit « Non ».

Lors de la remise de prix du 1er Kisei, il a osé dire, « Actuellement, je suis le plus fort. Otake est le deuxième. Il ne dit rien de moi. Sans doute, suggère-t-il que je suis le troisième. Plus tard, il a confessé, « Depuis que je gagne une partie sur deux à sen avec Maître Shuko, je me suis persuadé que je suis devenu fort. »

Il ignore aucun mot complémentaire. Il parle toujours carrément tout droit. Je lui ai dit, « Si tu te crois le plus fort, tu dois être qualifié comme challenger contre moi. Je relève de ton défi .» Enfin, il l’a réalisé. C’était le 2e Kisei-sen. Jusqu’à la 4e ronde, le score est 1 :3. A l’époque, j’ai été le poivrot bien patenté ; j’ai deux fronts ; Kato et alcoolisme. Avec une grande patience, j’étais arrivé à gagner 2 parties consécutives. Le score : 3 :3.

Voici la 7e partie (d’après go-weekly 14/02/05).

L’hebdomadaire ne parle que du coup 199 (si Noir avait joué 199 en 200, il aurait gagné de ½ point).

Maître Lim

*    *    *
7e partie du 2e Kisei-sen
Blanc : FUJISAWA Shuko - Noir : KATO Masao - 22, 23/03/1978 - Blanc gagne de ½ point
 
Figure 1  
Figure 1 (1-100) Voir... SGF...
L’auteur trouve deux coups très discutables.

60 : Blanc aurait du jouer 60 en A ; ce coup porte 2 buts : extension de la part de ponnuki et protection de usumi (fragilité du bord Sud). On envisage (DIA.1)

Figure 2  
Figure 2 (101-200) Voir... SGF...
126 : n’est t-il pas abusif ? (DIA.2)

DIA. 1  
DIA. 1 Voir... SGF...
Cela fait ko.

Le ko est favorable pour Blanc.

DIA. 2  
DIA. 2 Voir... SGF...
C’est très simple. Aucune subtilité ! Blanc doit jouer 10 en 11. Le coup 126 est un mystère.

Mes chers lecteurs, c’est à vous de le juger.