Page d'accueil
Page d'accueil
Présentation du club
Forum
Noir et Blanc
Tournois
Ressources
Échelle des niveaux
Règles du jeu
Photographies
Liens Web
Crédits
Club de Go de Paris

café "Le Djurdjura"
à l'angle de la rue St Martin
et de la rue aux ours
75003 Paris
M° Étienne Marcel

Contact : 
  noir & blanc Le Monde du Go
   
 
date de publication : 9 août 2004

Les leçons du go

Le go nous donne plusieurs leçons :

primo, l'esprit autocritique. Tout le monde fait des erreurs sur le go-ban plus ou moins. Quand on fait une erreur, on voit son caractère, dit Confucius. Après avoir commit une erreur, on se regarde et on trouve sa faute, soit morale, soit technique. Souvent on a honte de soi ; c'est bien la connaissance de soi. « Ne pas corriger son erreur est une vraie erreur. » En corrigeant ses insuffisances, on évolue. C'est là le premier élément de la sagesse.

Secundo, l'esprit indépendant. Notre culture se développe par une longue série d'expériences, même si elle englobe les éléments complaisants et approximatifs, donc imparfaits, et à notre insu, elle se fige mécaniquement malgré le changement du monde. Réviser et innover cette sclérose se déclenche par le doute.

Souvent, au début de partie de go (dans une trentaine de coups), même les meilleurs professionnels jouent des coups stupides qui nous font douter qu'ils ne soient mal formés, de même que les philosophes de notoriété parlent de non-sens, le fait qui nous amène à douter qu'ils ne soient structurés machinalement dans le cadre de vieilles coutumes stupides. Dévoiler ce défaut séculaire est à notre esprit indépendant, jamais dans la relation entre un maître et ses élèves, ni entre un père et ses enfants, ni dans la camaraderie entre les amis, ni dans le rapport étroit entre les groupes appartenant à une même culture.

Tertio, l'esprit scientifique. Pour développer le débat, il faut absolument présenter sa justification concrète (les démonstrations ou bien diagrammes nécessaires et suffisantes). C'est une seule justification. Par contre, pour le réfuter, il faut aussi présenter des diagrammes justificatifs, sinon, tout est préjugé. L'homme est une bête têtue qui ne veut pas changer son opinion bornée même après la défaite d'une polémique sérieuse. Dans la majorité de cas, il ne lui reste que la haine de son interlocuteur. Celui qui admet son défaut a une capacité d'un sage. Ce qu'on a du mal à avouer dans le domaine de la philosophie à cause de la vanité, on peut le faire sur le go-ban naïvement ; c'est un mérite de go par rapport à la philosophie.

Quarto, l'esprit de patience. Une partie de go est un duel de longue haleine, qui dure à peu près jusqu'à 270 coups. Sauf les cas de grosses bêtises (cela arrive souvent), pour les deux il y a des chances pour gagner, mais on a tendance à s'énerver.

Pour son âge, Lee ChangHo est calme. Même dans une situation défavorable, à la figure de petit Bouddha, il a l'air se tenir à l'affût de son adversaire à la bêtise.

Après la défaite cuisante au foot-ball avec les Sénégalais, Mr Lilian Thuram a dit, «...Il ne faut pas s'affoler trop vite parce que la précipitation ne donne rien de bon. » Encore, il a dit, « Ce qui est important, c'est l'autocritique. » L'auteur dit, « parce que Mr Thuram n'est pas philosophe professionnel, il a parlé d'une sagesse réellement vécue. »

Quinto, l'esprit de prudence et de vigilance. Une bonne partie est souvent renversée à cause d'une inattention. Voici un mot de Shiking (traité des odes Chinoises), « Soyez prudent juste comme si on passe sur les couches de glace. » Encore, une phrase du Yiking, « Le sage en paix n'oublie pas le danger qui vienne. Le sage est en vie, mais il n'oublie pas qu'il doive périr. Le pays est en paix, mais il est vigilant d'une éventualité de tourmente. »

Maître Lim