Page d'accueil
Page d'accueil
Présentation du club
Forum
Noir et Blanc
Tournois
Ressources
Échelle des niveaux
Règles du jeu
Photographies
Liens Web
Crédits
Club de Go de Paris

café "Le Djurdjura"
à l'angle de la rue St Martin
et de la rue aux ours
75003 Paris
M° Étienne Marcel

Contact : 
  noir & blanc Le Monde du Go
   
 
Parution initiale : N&B n° 18 - Été-automne 1995

Édito de Maître Lim

C'est le dernier numéro de "Noir & Blanc". Maître Lim est fatigué, et notamment déçu de la mentalité des joueurs français au-dessus de 2e dan, car ils démangent à donner des discours aux joueurs faibles, au lieu d'étudier et d'apprendre.

Les Japonais qualifient les Français de "Général sur la montagne" (O Yama no Daisho). "Sur la montagne, les enfants jouent à la guerre. Il n'y a aucun soldat. Tout le monde est général".

Au début du 20e siècle, les Anglais ont donné trois épithètes aux Français : "volubile, vaniteux et frivole". D'ailleurs, Voltaire a dit caricaturalement : "Dans toutes les provinces, la principale occupation est l'amour (plaisir), la seconde médire, et la troisième dire des sottises".

Pour sa part, Montesquieu a dit : "Ce badinage, naturellement fait pour les toilettes, semble être parvenu à former le caractère général de la nation ; on badine au conseil ; on badine à la tête d'une armée ; on badine avec un ambassadeur".

Depuis trente ans, Maître Lim a bien connu cette tendance générale : le bavardage-phraséologie en France.

***

Depuis cinq ans, Maître Lim a lancé à Paris, Berder et Sanhilac des conférences de go qui s'adressent aux niveaux hauts, mais il n'y avait pratiquement aucun participant au-dessus de 2e dan. Les élèves fidèles qui y participaient étaient MM. Hossenlopp et Decroix, et les joueurs provinciaux (3e kyu à 8e kyu). Arrivé au 2 dan, tout le monde est maître de go plus ou moins : "O Yama no Daisho".

En ce qui concerne la qualité de mes études, je crains que les résultats obtenus ne portent des erreurs. J'ai attendu d'autres opinions diversifiées, mais il n'y a jamais eu d'autres réactions que celles, fussent-elles passagères, de M. André Moussa.

Pour la fois prochaine, c'est à vous, 4e et 5e dan, de distribuer des sujets à étudier, et vous serez les maîtres de conférence. Mais le voulez-vous ? Le pouvez-vous ?

Sans assiduité, ni système théorique, on ne peut pas parvenir au niveau de 6e dan fort. Dans cinq ans, beaucoup de monde arrivera au niveau de 5e dan "paysan", et y restera à perpétuité.

Tristo è l'allievo que non supera il maestro.

Lim.