Page d'accueil
Page d'accueil
Présentation du club
Forum
Noir et Blanc
Tournois
Ressources
Échelle des niveaux
Règles du jeu
Photographies
Liens Web
Crédits
Club de Go de Paris

café "Le Djurdjura"
à l'angle de la rue St Martin
et de la rue aux ours
75003 Paris
M° Étienne Marcel

Contact : 
  noir & blanc Le Monde du Go
   
 
Parution initiale : N&B n° 13 - Été-automne 1995

Makino Narisada, seigneur de guerre “ dilettante ” de go, élève de l'école de Honinbo Doetsu (3e)—Dosaku (4e) (fin du 17e siècle)

— Me Lim —

En raison de ses braves conseils qui ont déplu au Shogun, Makino a été limogé de son poste de ministre du shogunat, et enfin, bon gré mal gré, il s'est mis en retraite. Depuis lors, le go a été son seul plaisir.

Un soir dans une fête de sake, après un tournoi amical de go en présence de Doetsu (3e Honinbo) et de Dosaku (4e Honinbo), Makino a dit à Doetsu :

“ — Mon maître honorable, depuis l'année dernière, je joue avec vous autres à deux pierres de handicap. Si vous jouez sérieusement, vous me donnez combien de pierres ? Trois, quatre ? ”

Interloqué par la question inattendue, Doetsu ne savait pas quoi répondre. Dosaku remplace son vieux maître :

“ — Nous ne jouons pas les parties de complaisance. Entre vous et nous, le handicap correct est de deux pierres.
— J'aime à écouter la parole franche ; je ne me fâche pas. Mais, par respect pour mon état civil, vous êtes tous deux indulgents envers moi. Je n'aime pas ça.
— Mon seigneur, je n'ai toujours qu'une seule réponse. Effrayé par votre prestige, si je recule, cela est aussi une force.
— Vous avez bien parlé. ”

Tout le monde est parti sauf Genji. Avec lui (quasiment son domestique, mazette de go et poissonnier), Makino continue à prendre du sake :

“ — Genji, est-ce que c'est vrai la parole de Dosaku ?
— Comment le saurais-je, seigneur ? À neuf pierres de handicap contre vous je n'arrive pas à gagner. Je ne peux pas vous le dire.
— Je voulais trouver ma vraie force. Comme tu le sais, le go est ma seule joie. Si mon entourage ne me parle pas franchement, pourquoi serais-je sérieux pour apprendre le go ? Si on perd exprès avec moi, ce n'est pas la peine de jouer. N'ai-je pas raison, Genji ? ”


 

La partie entre Makino et Sanchi, à deux pierres
Lecteurs, il vaut mieux trouver des coups indulgents de Blanc.

 
  La partie entre Makino et Sanchi  
 
Coups 1 à 199. 97 en 92. Voir... SGF...
 

Le seigneur a l'air bien déçu. Pour consoler son maître, Genji a réfléchi pendant un certain temps, pour chercher un bon moyen.

“ — Seigneur, il faut jouer avec les joueurs sérieux qui ne veulent pas perdre, mais les faibles ne servent à rien. ”

Tout d'un coup, en se tapant sur le genou, il dit :

“ — J'ai une bonne idée. Seigneur, il faut jouer avec un grand maître d'une autre école. Le meilleur est de jouer avec Yasui Sanchi ! Battu par Doetsu dans une série de plusieurs parties, Sanchi a perdu son poste de Meijin. Les deux écoles ne s'aiment pas. Sanchi tiendra probablement à battre absolument un élève de Honinbo.
— Bien ! C'est une bonne idée. Je vais écrire une lettre à Dosaku en lui demandant de préparer ma partie avec Sanchi. Demain matin, tu iras la porter chez Honinbo. ”

Malgré son âge de 70 ans, Sanchi est en bonne santé. Il a accepté de jouer une partie à deux pierres de handicap. Makino n'a admis personne dans la chambre. La partie a commencé juste après midi, et s'est achevée vers le soir. Noir a gagné de deux points. Makino a été très content, et Sanchi a fait une belle mine triste. “ Probablement, je devrais être assez fort ” marmonna Makino. Dans l'antichambre, à la nouvelle de la victoire de leur élève, Doetsu et Dosaku sont soulagés de leur inquiétude :

“ — Merci beaucoup, Sanchi. Vraiment, cette fois-ci, vous avez été gentil. Vous l'avez bien perdue. ”

D'un autre côté, Sanchi s'est dit à lui-même : “ techniquement, ils sont mes ennemis jurés, mais je ne veux pas perdre la face devant mes collègues. J'avais pourtant compté perdre d'un point. ”